Localisation, DOUALA (Logbaba) ; - ; YAOUNDE (Nkoabang)
+237 674 965 478 / +237 691 472 246
develop@develop-group.net

Opportunités de la pisciculture au Tchad

Votre projet ... Notre préoccupation !

Opportunités de la pisciculture au Tchad

Le Tchad est un pays densement peuplé avec une croissance rapide, dont le besoin alimentaire se fait de plus en plus ressentir. Dans ce pays, la pisciculture dispose de nombreuses opportunités qui peuvent contribuer au développement économique et à la sécurité alimentaire du pays. Nous pouvons citer ici quelques-unes de ces opportunités :

1.Consommation du poissons au Tchad

La consommation moyenne annuelle par habitant est estimée à environ 5 kg. Ceci est bien faible que la moyenne mondiale qui tourne autour de 20 kg par personne.

Avec une population d’environ 17 millions d’habitants, la consommation totale de poisson au Tchad est estimée à environ 85 000 tonnes par an.

Avec une croissance rapide de la population, la demande grimpe d’années en années et la production locale est déficitaire. Pour cela, le Tchad importe une quantité importante de poisson, estimées en moyenne à 25000 tonnes par an, pour couvrir ce déficit. 

Perspectives d’Avenir

Afin de réduire les dépendances vis-à-vis des importations, il serait préférable de promouvoir la pisciculture locale, encourager les populations à se lancer dans les activités piscicole. Des initiatives visant à améliorer les pratiques de pisciculture, à fournir des formations et à offrir des incitations économiques pourraient stimuler la production locale.

2. Ressources en eau abondantes

Le Tchad dispose de ressources en eau importantes qui peuvent être exploitées pour la pisciculture. Nous pouvons citer entre autres ressources en eau : les rivières, des lacs et des marais, notamment le lac Tchad. Ces ressources en eau représentent un potentiel considérable pour la pisciculture.

Le Lac Tchad

Le lac Tchad est un écosystème proprice pour l’aquaculture. La pisciculture pourrait être développée autour de ses zones humides. 

Le Fleuve Chari

Le Chari est le principal fleuve du Tchad, traversant le pays du sud au nord et se déverse dans le lac Tchad. Il peut être exploité davantage pour la pisciculture : élevage en étang, élevage en cage et l’élavage hors sol.

Le Fleuve Logone

C’est un affluent du fleuve Chari qui borde la frontière avec le Cameroun. Ce fleuve peut être utilisé pour la pisciculture..

Les Rivières et Cours d’eau Saisonniers

Des rivières telles que Batha, Barh Aouk, Barh Salamat, Bahr Erguig, etc. sont nécessaires pour  le développement des projets de pisciculture en étang ou hors sol.

Les Marais et Zones Humides

La richesse de ces marais en biodiversité, démontre à suffisance l’adaptabilié de cet écosystème pour la pisciculture avec des systèmes d’aquaculture intégrée.

Les Lacs Intérieurs

Quelques uns des lacs intérieurs sont : Lac Fitri, Lac Iro.

Ces lacs intérieurs sont importants pour l’économie locale, notamment pour la pêche et l’aquaculture. Ils sont donc propice pour des projets de pisciculture sérieux.

Les Nappes Phréatiques et Sources Souterraines

Les nappes phréatiques représentent des eaux souterraines. Ces eaux sont disponibles à des quantités importantes pour l’approvisionnement en eau des activités agricoles et piscicoles. Certaines piscicultures intensives hors sol utilisent des eaux de forage dans leur fonctionnement quotidien. Les étangs en nappe phréatiques sont pratiqués dans des bas fonds innondables.

Les Barrages et Réservoirs

Le barrage de Massenya sur le Chari par exemple est un réservoir qui peut être utilisés pour des projets de pisciculture. Les types de pisciculture appropriées sont : pisciculture en cage flottante

Opportunités et Défis

– Opportunités : La diversité des ressources en eau offre un potentiel significatif pour la réussite de la pisciculture au Tchad, contribuant à la sécurité alimentaire, la création d’emplois, et le développement économique.

– Défis : La gestion durable de ces ressources est cruciale. Les changements climatiques, la diminution des niveaux d’eau (comme dans le cas du lac Tchad), et la pollution sont des défis majeurs. Des investissements dans les infrastructures hydrauliques, la formation des pisciculteurs et la mise en place de politiques de gestion durable sont nécessaires pour maximiser ces opportunités.

3. Demande croissante de poissons

La population tchadienne consomme de plus en plus de poissons, ce qui crée une demande élevée sur le marché local. La pisciculture peut répondre à cette demande croissante.

A travers la pisciculture, le pays peut contribuer à diversifier l’alimentation tout en améliorant la sécurité alimentaire des populations locales. Elle fournit une source de protéines de meilleures qualités accessibles.

4. Création d’emplois

Le développement de la pisciculture peut générer de nombreux emplois, notamment dans les zones rurales, en offrant des opportunités d’emploi directes et indirectes dans des activités comme la production d’aliments pour poissons, la gestion des fermes piscicoles, la transformation et la commercialisation du poisson.

5. Utilisation des terres arides

La pisciculture peut être pratiquée dans des zones où l’agriculture traditionnelle est difficile en raison de conditions arides, permettant ainsi une utilisation productive de ces terres.

6. Soutien gouvernemental et international

Le gouvernement tchadien, avec le soutien de partenaires internationaux, met en place des programmes et des initiatives pour encourager le développement de la pisciculture, offrant des formations, des subventions et des infrastructures.

7. Technologie et savoir-faire

L’accès à des technologies modernes et à des connaissances en matière de pisciculture peut améliorer l’efficacité et la productivité des fermes piscicoles.

Au Tchad, plusieurs types d’infrastructure piscicoles peuvent être utilisé pour l’élevage piscicole :

  • Les étangs
  • Les fastanks
  • Les bacs bétonnés
  • Les cages flottantes
  • Les enclos

Il faut noter que le choix d’une infrastructure est tributaire des moyens disponibles, ainsi que de la qualité du site. Pour plus d’informations concernant les infrastructures piscicoles, cliquez ici.

 

En conclusion, le potentiel hydrique du Tchad est densifié et propice pour le développement de l’aquaculture. Bien que le Tchad importe actuellement une quantité significative de poisson pour répondre à la demande interne, le développement de la pisciculture locale et l’amélioration des infrastructures pourraient réduire cette dépendance et augmenter la consommation de poisson, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire et au développement économique du pays.

Pour tirer pleinement parti de ces opportunités, il est crucial de mettre en place des politiques adéquates, d’assurer une gestion durable des ressources en eau, de fournir des formations et un soutien technique aux pisciculteurs et de développer des infrastructures adéquates pour la production, la transformation et la commercialisation du poisson.

 

coaching et formation en pisciculture